"Tess, tentatrice… , chère sorcière damnée de Babylone, je n’ai pu vous résister dès que je vous ai retrouvée"
Tess d'Urberville de Thomas Hardy traduit par Madeleine Rolland dans l'édition Rencontre avec 464 pages

Tess d'Urberville est une jeune paysanne. Après la découverte de la noble ascendance de Tess, ses parents l'envoient chez une famille avoisinante portant le même nom qu'ils devraient porter: d'Urberville. Là-bas, elle va être engagée par la famille pour s'occuper de poules et va rencontrer Alec d'Urberville. Ce dernier la séduit pour à la fin l'abandonner. Elle mettra au monde un enfant qui mourra peu de temps après.


Dans ce livre on se retrouve aux XIXème siècle dans la campagne anglaise avec une jeune fille de seize ans se nommant Tess. Entourée d'une grande famille avec un père qui boit et est paresseux, elle va accepter de les quitter pour aller chez des personnes qu'elle ne connaît pas pour leur demander de l'aide juste afin de rapporter de l'argent à la maison. On la décrit comme intelligente, honnête, pure et belle. On aurait pensé qu'elle aurait pu être heureuse, avoir une vie merveilleuse. Mais Thomas Hardy ne nous vend pas du rêve, tout au contraire, la vie de Tess va être rude et triste. A partir du moment même où elle succombe aux charmes d'Alec d'Urberville, Tess va aller de mal en pis. Elle va affronter les insultes dites par les autres, la mort, l'abandon, le dégoût, la pauvreté et tant de choses. Tess ne se révoltera pas, elle ne criera pas à l'injuste car, le pire c'est que justement elle pense que tout est de sa faute et qu'elle le mérite. De cet enfant, preuve vivante de sa faiblesse, découle tout le malheur de Tess d'Urberville. En travaillant dans une laiterie, elle rencontre Angel Clare.


Angel Clare est un personnage intéressant, ayant des idées différents des autres incompris par ses frères. Il ne croit pas en dieu malgré son père qui travail en tant que pasteur. Il n’ira pas dans une prestigieuse école comme ses deux frères. Il est un personnage intelligent, cultivé ayant une vision du monde différent ce celle des autres, mais qui parfois se précipite et néglige la réflexion. Puis il y a le troisième grand personnage de l’histoire : Alec d’Urberville, c’est un personnage au caractère extrême. On ne saurait dire s’il est méchant ou gentil, est il bon avec Tess car il veut la séduire ou parce qu’elle est en difficulté? Ce n'est pas un personnage manichéen, complètement mauvais.


 J'avais découvert l'auteur avec Jude l'Obscur, ayant apprécié l'histoire mais sans plus, je n'avais pas trouvé la plume de l'auteur banal ( peut-être dû à la traduction) mais, en lisant Tess d'Urberville, je découvris une plume que j'ai beaucoup aimé. Cette phrase pas si extraordinaire  "C'était un soleil vaporeux du mois d'août" chapitre XIV m'a pourtant beaucoup marqué. L'écriture de Thomas Hardy est facile de compréhension, pas ardue à lire. Les descriptions sont très belles, on arrive très facilement à s'imaginer les paysans faisant les meules de foins, la difficulté de travailler aux batteuses et les gestes qui deviennent mécaniques ou encore cette maison remplie de volatiles où Tess doit leur apprendre des chants en sifflant. Le début du livre est un peu enchantant, je m'imaginais une histoire joyeuse et pas du tout.


Dans le livre, Thomas Hardy va décrire la condition de la femme au XIXème siècle... Tess va faire une erreur qui va être décisive pour toute sa vie. Cette erreur va la poursuivre où qu'elle aille et va faire de sa vie un enfer. Alors que quand c'est un homme qui va faire une erreur, on va lui pardonner. Elle va être jugée à chaque erreur par des hommes.


 Je ne sais pas si j'ai aimé ce livre ou  non. C'est compliqué, de temps en temps le personnage de Tess m’insupportait pour sa docilité et ce côté c'est affreux mais je l'ai mérité... La fin m'a beaucoup étonnée, je ne m'y attendais pas ; c'est surtout l'emportement de Tess et de faire cet acte qui m'a surprise. La fin est très difficile je trouve, et surtout cette morale... Une lecture plutôt mitigée!

 


 

Commentaires

  1. Ton commentaire est très clair et pertinent! Du coup ca ne me donne pas trop envie de lire le livre puisque tu es toi même mitigée x)
    Continue comme ça, c'est super!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Tu devrais le lire quand même pour te donner une idée ^^! et encore merci :D

      Supprimer
  2. bonjour,

    critique très intéressante et qui donne envie. je n'ai rien lu de Thomas Hardy mais j'aimerais beaucoup lire Jude l'obscur. Lequel est selon toi le mieux adapté à une première lecture?
    Bonne continuation et surtout Bonne lecture!

    Exlibris

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire